fbpx
Un ours polaire pris dans un déchet, image via Pixabay

Environnement 27 octobre 2019

Comment protéger la vie des océans ?

Partout sur la planète les discours se font entendre : elle souffre ! Si les consciences s’éveillent et les langues se délient c’est parce que le rythme auquel nous vivons aujourd’hui laisse peu d’alternatives au monde de demain. La faune et la flore toute entière sont impactées au quotidien et subissent des dommages importants et surtout irréversibles. Au sein des océans, l’impact est de plus en plus visible : blanchissement des coraux, déchets plastiques de plus en plus nombreux, présence de substances toxiques… Des actions peuvent être mises en place pour tenter de réduire au maximum ces impacts et contribuer à la protection de nos océans.

L’océan n’est pas une poubelle, image via Pixabay

Limiter l’utilisation de plastique et de substances toxiques

Bouteilles en plastique, pailles, emballages non recyclables de toutes sortes, … la consommation quotidienne impacte considérablement la planète. Certains de ces plastiques resteront plusieurs décennies dans la nature. Afin de réduire sa nocivité, il convient d’adopter des alternatives en utilisant d’autres matériaux. Il est nécessaire de consommer plus durable tout en privilégiant les circuits courts. L’absence d’emballage et le recyclage sont autant d’astuces qui permettent de protéger la faune et la flore aquatique. Dans la grande consommation les produits commercialisés contiennent souvent des produits toxiques. Privilégier le fait-maison (lessive, cosmétiques, savons, etc.) permet également de contrôler les produits utilisés et de réduire voire de bannir complètement ces substances toxiques pour l’océan et la santé de chacune et de chacun. Ramasser les déchets sur la plage est une autre manière d’agir utile, qui permet de plus, de prendre conscience de l’ampleur des dégâts.

Le plastique, fléau des océans, ©L’Obs

L’impact de la consommation de poissons et de l’empreinte carbone

La consommation de poissons en France est importante. En la réduisant ou en consommant plus responsable, les stocks de poissons ne diminueront plus drastiquement. Attention aux poissons protégés comme la lotte, le thon rouge, … et les poissons issus d’une pêche artisanale. L’une des principales causes de la pollution dans les océans est liée aux filets de pêche qui sont abandonnés en pleine mer. Faites confiance aux organisations et aux labels. MSC par exemple, donne des indications sur la pêche responsable. GoodPlanet permet de retracer la provenance et le type de poisson pour connaître les risques engendrés par leur consommation sur l’homme et sur la nature.

Du verre brisé, ordures retrouvées dans les océans, image via Pxhere

L’acidification des océans

L’acidification des océans est la réduction progressive du pH du fait de la pollution humaine. Ce potentiel hydrogène est normalement situé autour de 8,25. Ce niveau est un gage de bon développement de la vie marine. Sous l’effet de la négligence humaine, ce niveau est actuellement à un niveau alarmant de 8,14 ! Planctons, coraux et biodiversité marine en payent déjà fortement le prix. Il est indispensable de stopper ce processus et de l’inverser. L’urgence est déjà là ; les associations crient à l’aide et proposent des guides du consommateur-modèle. Si chacun fait un petit geste chaque jour, l’impact positif global permettra d’avancer à grandes enjambées vers la sauvetage des océans.

Ed. W.