Les huîtres du bassin d'Arcachon sont interdites à la consommation avant les nouveaux résultats / Photo archives Laurent Theillet

À la une 29 mai 2018

Bassin d’Arcachon. Palourdes autorisées, huîtres interdites

La préfecture de Gironde autorise de nouveau la vente et consommation de palourdes japonaises provenant du bassin d’Arcachon. Le 17 mai dernier, l’autorité avait prononcé l’interdiction de commercialiser ce coquillage en raison de la présence de l’algue dinophysis, dont l’ingestion peut provoquer des dérangements intestinaux.

Depuis jeudi 24 mai, cette interdiction est levée. « Les analyses conduites spécifiquement sur les palourdes japonaises ont montré que le taux de présence de toxines lipophyles dans cette espèce était inférieur au seuil de sécurité sanitaire en vigueur » précise un communiqué de la préfecture.

Des stocks protégés

En revanche, la consommation de moules et d’huîtres provenant du bassin est interdite. « Les résultats des analyses effectuées cette semaine par le réseau de surveillance de l’IFREMER ont révélé un maintien de la contamination des moules et des huîtres par les toxines lipophyles sur l’ensemble du bassin d’Arcachon » poursuit la préfecture girondine. Cela n’empêche pas de trouver des huîtres sur le bassin d’Arcachon malgré l’interdiction, car elles ont pu être stockées en circuit fermé.

Certains ostréiculteurs ont pu, au fil de leur activité, mettre en place des stocks protégés d’huîtres, pour pouvoir faire le gros dos durant la période d’interdiction, souvent au printemps avec le développement des micros-algues. Ceci étant, beaucoup sont tout de même obligés d’arrêter le vente en attendant que les résultats d’analyses confirment la bonne santé du coquillage très sensible.