fbpx
Où en est l'érosion de la pointe du Cap Ferret ? // Photo via Pixabay

Littoral 13 septembre 2019

La pointe du cap ferret est-elle gravement menacée ?

Où en est l'érosion de la pointe du Cap Ferret ?

C’est une langue de sable très célèbre entre végétation et océan ; depuis quelques années le Cap Ferret est menacé par l’érosion, notamment à son extrémité sud, la pointe. Cette situation, conséquence du réchauffement climatique, semble hélas immuable. En 2016, déjà, les autorités étatiques, alarmées, avaient décidé de fermer la Plage du Mirador. Face à des enjeux environnementaux conséquents, un certain nombre de rapports se saisissent du phénomène et tentent d’apporter des solutions.

Un risque réel

Le rapport du Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (CEREMA) insiste sur le caractère urgent de la situation. La crainte de voir la célèbre pointe du cap plier sous le joug de l’océan est bien réelle. Suite à cette enquête, l’État indique avoir pris conscience du problème et demande à la mairie de Lège-Cap-Ferret de prendre des mesures d’urgence.

L’étude CASAGEC inventorie les habitations et locaux commerciaux susceptibles d’être impactés dans cette problématique d’érosion. Elle évalue également l’intérêt patrimonial et environnemental des biens situés dans le périmètre et analyse la stratégie actuelle mise en place. L’Observatoire de la côte aquitaine parle d’une érosion de 4 à 5 mm par an en moyenne.

2019 : mise en place de mesures de prévention

Des mesures d’interdiction d’emprunter une partie du circuit littoral, d’application immédiate ont été préconisées par le préfet de Gironde en début d’année, dans un souci de sauvegarde de la pointe du Cap Ferret. Dans un courrier de février 2019, un plan de gestion de crise a été mis en place prévoyant l’évacuation d’urgence des populations en cas de nécessité et une stratégie de rechargement de la plage et de la dune.

La Pointe du Cap Ferret // Cap écran Google Earth 2019

D’ici 2020 : mise en place des pratiques de défense

A l’horizon de l’année prochaine, la municipalité compte recharger les bancs de sable côté océan sur la Pointe et le quartier adjacent de 44 hectares. L’état a également donné une autorisation aux riverains qui le souhaiteraient, de financer eux-mêmes de petits ouvrages pour tenter de résorber petit à petit la problématique. Le célèbre restaurant « Chez Hortense » a par exemple construit une digue afin d’aider à lutter contre l’érosion. Mais ces techniques de défense semblent peu efficaces face aux caprices de la nature. Les autorités parlent ainsi de délocalisation des habitants de la presqu’île dont les biens sont menacés sans proposer, pour le moment, de solutions concrètes et efficaces.

Ed.W