Les produits sont à base de savon de Marseille et huiles essentielles / Photo Dock Soap

Environnement 24 septembre 2018

A Marseille, Dock Soap lave écolo le marin et le bateau

Savons, schampoings, liquides vaisselles utilisables en pleine mer. Comment laver et se laver sans polluer la mer

La marque Dock Soap développe des produits pour la vie à bord respectueux de l’environnement. Entre les calanques et les pontons marseillais, Dock Soap lave les marins au savon écologique. Le produit vaisselle ne pollue pas la mer. Celui de lessive respecte l’environnement. « Nous faisons de la voile et de la plongée en Méditerranée et nous voulions créer une gamme de produits qui ne gâche pas notre planète. » Jean-Pierre Kolbach et Sandra Siacci, fondateurs de Dock Soap, élaborent les formules et font fabriquer  leurs produits en Provence.

Matières premières écologiques

Avant de lancer Dock Soap, le couple travaillait dans le secteur de la cosmétique. « Je fabriquais des produits mais aujourd’hui nos sous-traitant, devenus des amis, fabriquent selon mes formules. Tout est fait en Provence » affirme Jean-Pierre Kolbach.

L’entreprise marseillaise importe l’huile de coprah et d’olive de l’autre côté de la Méditerranée. « Toutes les formulations et les transformations sont réalisées ici » détaille le patron et marin. La gamme des produits est basée sur le savon de Marseille.

« Le savon de Marseille est le plus écologique qui soit car fabriqué à partir d’huile et de soude. »

« Les rejets sont dégradables  à 99,7% (il reste 0,3% de sels minéraux). L’activité du savon s’est concentrée historiquement à Marseille car les matière premières arrivaient depuis la mer. Des industries et des savoirs-faire se sont donc développés. »

Les produits sont très concentrés. Donc l’utilisateur en utilise beaucoup moins.

Respectueux de l’environnement

Jean-Pierre Kolbach et Sandra Siacci ont créée Dock Soap en 2008. « On a toujours navigué et plongé en famille. » Constatant la pollution sous-marine et travaillant dans la cosmétique, ils décident d’agir.

« Quand vous plongez l’été et que vous voyez ce qu’il y a sous l’eau, vous vous dites que ça n’est plus possible! »

« Nous avons commencé à fabriquer des produits pour nous. Nous voulions des produits dont les éléments ne polluent pas lors du rejets dans la mer. Car on a peu conscience que les centrales d’épuration ne traitent pas les restes des lessives. Ils perdurent sous forme de boues et sont rejetés. » L’ entreprise familiale commercialise dans les shipshandler du littoral français, en hexagone et en outre-mer.

Un shampoing utilisable à l’eau de mer

Le produit historique de Dock Soap est un shampoing douche mer utilisable à l’eau de mer (il est tout de même nécessaire d’effectuer le dernier rinçage à l’eau douce). La marque vient de sortir une huile sèche.

« On ne glisse pas sur le pont du bateau et elle ne fait pas de trace à la surface de l’eau lorsque l’on se baigne » précise Sandra Siacci. Elle est basée sur de l’huile de sésame et de karanja et parfumé à l’huile d’extrait fleur de tiaré. Elle protège des embruns, du soleil, du vent et un peu des UVA et UVB. »

Savon de Marseille et huiles essentielles

Pour la vie à bord (pas pour l’entretien de bateaux), les produits ont une empreinte écologique la plus faible possible sur les eaux grises. Ils sont formulés à base d’huile essentielle de tea trea antibactérienne. L’assainisseur d’air contient des huiles essentielles d’eucalyptus, menthe poivrée et tea trea.

Les produits « sont naturels » affirme Jean-Pierre Kolbach mais ne sont pas labelisés Agriculture Biologique. « Nous avons fait le choix de ne pas le demander. Cela entraîne un coût de 15%. Et nous estimons que nos clients sont suffisamment avertis pour comprendre. »

G. R.