Owen Wright vainqueur du Tahiti Pro // Photo via WSL © Kelly Cestari

Glisse 4 septembre 2019

Tahiti Pro : 12 jours de compétition intense

Des surfeurs du monde entier étaient présents du 21 août au 1er septembre sur le spot de Teahupoo à Tahiti, en Polynésie Française.

Cette année encore la Tahiti Pro a fait des émules ! Cette compétition de surf internationale est très attendue chaque année par les passionnés de grosses vagues. Remportée par le brésilien Gabriel Medina lors de son édition 2018, la version 2019 de la Tahiti Pro a délivré de belles passe d’armes !

De très fortes émotions dans un contexte écologique.

La houle était grosse et les vagues immenses lors de cette rencontre de sport nautique. Si le soleil et la pluie étaient tous les deux au rendez-vous, les surfeurs du monde entier et les spectateurs ravis étaient également bien présents à Teahupoo. Certains duos sont entrés dans la légende comme la série entre Jérémy Flores et le très jeune Kauli Vaast. Si le jeune surfeur de 17 ans a réussi l’exploit de s’imposer un peu plus tôt face au numéro un mondial Kolohe Andino, il a dû s’incliner face à son ami français après un take-off difficile. Pour Flores, Vaast a su faire ses preuves : « […] Il a montré [Vaast n.d.l.r] qu’il est aujourd’hui un des meilleurs jeunes surfeurs au monde. Pour lui ce n’est que le début. »

Dans ce contexte d’amour inconditionnel du surf, la World Surf League s’est aussi imposée en tant que protectrice de l’environnement. Dans la lignée du travail de P.U.R.E (Protect, Understand and Respect the Environment) de la WSL, la ligue vient de signer trois engagements supplémentaires : réaliser un bilan carbone neutre d’ici la fin 2019, éliminer complètement les plastiques à usage unique et laisser chaque plage propre.

Le rayonnement français et le sacre d’Owen Wright.

Le français Jérémy Flores a brillé lors de cette Tahiti Pro 2019. Le surfeur a dû s’incliner en quarts de finale face à Gabriel Medina dans des conditions climatiques compliquées et sans swell. Finissant 5ème de la compétition, Jérémy Flores a su s’imposer face à de sérieux concurrents et inscrire durablement son nom dans le monde du surf. Avec Michel Bourez en 13ème place, Jérémy Flores 14ème et Joan Duru 21ème la France est dignement représentée.

En cette fin d’été 2019, la Tahiti Pro Teahupoo s’est achevée sur une très belle victoire de l’australien Owen Wright qui a conquis cette édition avec son style décontracté. Celui qui revient pourtant d’une grosse blessure en 2015 [il a dû totalement réapprendre à surfer, suite à une commotion cérébrale au Pipe, NDLR] a fait tourner toutes les têtes en surpassant ses adversaires ; Owen Wright, l’un des meilleurs surfeurs à « Chopes » s’est imposé face à Michel Bourez en huitièmes puis face à Jadson Andre en quarts. L’australien a brillamment affronté Jordy Smith en demies pour s’imposer grand vainqueur face à Gabriel Medina.

Bravo à Owen qui remonte au classement général à la 8e place du classement général, où l’on retrouve encore un Kelly dans le top 10 et qui est mené par 3 surfers dans un mouchoir de poche :


1. Filipe Toledo | Brazil | 36 600
2. Jordy Smith | South Africa | 35 450
3. Kolohe Andino | United States | 35 175

Les surfeurs vont vite grimper de nouveau sur leur planche du 8 au 15 septembre à Miyazaki au Japon (qualificatifs pour les JO de Tokyo 2020) puis lors du Surf Ranch du 19 au 21 septembre.

Ed.W