Image libre de droits

Environnement 16 mai 2019

Moins polluer les océans commence par bien trier ses déchets

Face aux études alarmantes sur la pollution des océans, agissons ensemble pour protéger notre planète.

Entre recyclage et engagement associatif, nous vous dévoilons comment vous aussi vous pouvez devenir acteur de la lutte contre la pollution des océans.

Des études et chiffres alarmants

Enjeu mondial, la dispersion des déchets dans l’océan est un problème qui nous concerne tous. Avec plus de 8,3 milliards de plastique produits depuis les années 50 et 91% de déchets plastiques non recyclés, de nombreux chercheurs tirent la sonnette d’alarme.

Les conséquences de la surproduction de plastique et du manque de recyclage sont désastreuses. En effet, en 2015 une étude menée dévoilait que 8 millions de tonnes de plastique se retrouvent dans les océans chaque année, soit l’équivalent de cinq sacs de courses de déchets plastiques déversés tous les 30 centimètres sur les littoraux du monde entier. Par ailleurs, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie précisait dans son dernier rapport que « seulement un cinquième des 3,3 millions de tonnes de déchets plastiques de post-consommation en France est envoyé en centre de recyclage ». De plus, la matière plastique prend plus de quatre siècles à se dégrader, et si nous n’agissons pas rapidement des études prévoient que les océans contiendront plus de déchets plastiques que de poissons d’ici 2050.

Face à ces prévisions alarmantes mobilisons nous et commençons par trier nos déchets !

A chaque poubelle, ses déchets !

Enjeu industriel, le recyclage du plastique concerne également les consommateurs qui peuvent avoir un impact sur la consommation, le gaspillage et le taux de recyclage. D’après Valorplast, expert en recyclage plastique, un Français consomme en moyenne 15 kg de déchets plastiques recyclables par an, ce qui représente 11 % de ses déchets ménagers.

Pour pouvoir réutiliser les déchets, il est essentiel de bien faire le tri : à chaque poubelle, ses déchets. Verte, bleue, jaune et grise, savez-vous faire la différence ? Le jaune est la couleur emblématique du recyclage. Recycler vos déchets plastiques, carton ou métal dans la poubelle jaune ou le sac plastique jaune. La poubelle bleue contient les journaux et les magazines. La poubelle verte, les bouteilles et pot en verre. La poubelle grise est la poubelle « fourre tout » dans laquelle vous pouvez jeter tout ce qui n’est pas recyclable.

Le compost est également un moyen écologique pour effectuer le recyclage des déchets organiques. Biodégradables, restes de repas, épluchures de légumes, coquilles d’oeufs, marc de café, feuilles mortes, serviettes en papier, journal, cendres peuvent être jetés dans un composteur. Afin de diminuer la quantité de déchet jeté dans les poubelles classiques, certaines communes financent l’achat du compost.

La dévalorisation des déchets : une nouvelle vie au plastique

La dévalorisation des déchets, appelée également déclyclage consiste à donner une nouvelle vie au plastique. Recyclés, les déchets sont transformés en produit nouveau. Par exemple, 6 flacons de liquide vaisselle recyclés pourront rembourrer un nounours, 7 bidons de lessive permettront de fabriquer un siège auto ou encore 6 pots de yaourt pour fabriquer une ceinture.

Agir et sensibiliser : le rôle des associations

De nombreux projets et associations se mobilisent afin de faire réagir les entreprises et d’engager les citoyens.

L’association Zéro Waste France dénoncent les fastfoods qui s’affranchissent de la réglementation en matière de recyclage et incitent les citoyens à signer des pétitions pour obtenir des engagements. Après avoir mené une enquête sur le tri des trois plus grandes chaines de fastfood (McDonald’s, Quick/Burger King et KFC), le résultat est sans appel : 5 fastfood sur 122 font le tri.

Une autre initiative a été lancée sur les réseaux sociaux par l’association Leo Not Happy pour inciter les fumeurs à jeter leur mégot à la poubelle. Grâce à ce projet, 270.000 mégots ont été ramassés par 240 volontaires à Bruxelles le 8 mai dernier.

 

 

Ed.W