Image libre de droits

Environnement 14 juin 2019

Mégots de cigarettes : un poison longue durée pour la nature !

On sait que les pailles et autres objets en plastique sont des fléaux pour la nature. Mais les mégots de cigarettes sont bien pire !

Les mégots dans la nature

La meilleure option est de ne pas fumer. Ou à défaut de préférer les cigarettes sans filtre… Dernière solution, si ni la première ni le deuxième ne sont envisageables : ne jamais jeter de mégots dans la nature. Il ne s’agit pas ici de conseils pour éviter aux fumeurs de futurs problèmes de santé, mais de consignes de bon sens pour préserver l’environnement. De récentes études montrent en effet que les mégots de cigarettes figurent parmi les pire fléaux qui soient, notamment parce qu’ils finissent trop souvent leur course dans les océans. Selon des spécialistes, ces mégots seraient même beaucoup dangereux que les sacs, les ustensiles de cuisine ou encore les pailles en plastique, dont les méfaits ont été très largement médiatisés. Que ce soit intentionnellement ou par négligence, le fait de jeter ses mégots n’importe où a des conséquences catastrophiques sur l’environnement. Un seul de ces déchets suffit par exemple à polluer 500 litres d’eau, tant les produits chimiques qui les composent sont nocifs, et pas seulement pour la santé humaine.

4000 composants chimiques

Plusieurs études scientifiques ont démontré que 70% des oiseaux de mer et 30% des tortues marines étudiées avaient en eux des traces d’un ou plusieurs des quelque de 4 000 composants chimiques contenus dans ces filtres.
Si l’on en croit le ministère de la Transition écologique et solidaire, plus 40% des 30 à 40 milliards de mégots qui sont jetés chaque année en France se retrouvent dans la nature. Et une fois qu’ils y sont, c’est pour très longtemps : leurs composants ne sont pas biodégradables et mettent pour certains plusieurs dizaines d’années pour se décomposer.
Que faire pour endiguer cette pollution ? Mettre les fabricants face à leurs responsabilités ? Certains travailleraient à des solutions pour remplacer les filtres actuels. Il serait pourtant plus simple de les supprimer, puisqu’ils ne sont semble-t-il d’aucune utilité. Ce ne sont que des arguments marketing utilisés pour faire croire aux fumeurs que, grâce à eux, ils peuvent fumer sans crainte. Quant à responsabiliser lesdits fumeurs, il y a peu de chance que cela soit efficace. Ne sont-ils pas incapables d’arrêter la cigarette alors que leur propre santé est en jeu ? Alors se soucier de celle tortues…

Ed.W