Image libre de droits

Environnement 21 août 2019

Les eaux radioactives déversées dans l’océan, cas de Fukushima

L'eau traitée est légèrement radioactive et stockée dans des réservoirs, mais il va bientôt ne plus y avoir de place ...

L’explosion de la centrale nucléaire de Fukushima, il y a à peu près 8 ans de cela, a induit une large contamination des eaux. Suite à cet accident, une société japonaise a annoncé que d’ici 2022, ils n’auront plus de quoi stocker cette grande quantité d’eau radioactive. En effet, le gouvernement est toujours en train de trouver une solution.

Concernant le stockage et les solutions envisagées par les exploitants

Après cette catastrophe, l’eau a été traitée. Cependant, elle est encore légèrement radioactive et stockée dans des réservoirs. Ainsi, la seule solution prouvée efficace face à cette grande quantité d’eau contaminée est le fait de la déverser vers l’océan Pacifique. C’est l’option la plus rapide et la moins chère, selon le gouvernement et la majorité des experts nucléaires. D’ailleurs, il n’existe aucune technologie qui permet de décontaminer cette eau de plus d’un million de tonnes. En revanche, cette solution ne semble pas acceptée par les défenseurs de l’environnement. De surcroît, la Corée du Sud, qui est la voisine du Japon, ne semble pas agréée le fait de déverser cette eau contaminée dans l’océan Pacifique. 

Image libre de droits

Les conséquences sur l’environnement

Certes, une fois que cette eau radioactive est dans l’océan, l’environnement sera menacé. De plus, il s’agira de l’environnement mondial. Suivant les courants marins, elle se propagera partout et sera incontrôlable. Principalement, les eaux de la Corée du Sud seront les plus contaminées et polluées. C’est pourquoi les Sud-Coréens ne sont pas d’accord pour cette solution. Alors que les Japonais sont sûrs que cela constitue la seule solution réaliste. Et puis, beaucoup de gens pensent qu’il faut au moins 17 ans pour arriver à un niveau sûr en ce qui concerne la dilution de cette grande quantité d’eau radioactive à Fukushima.

Ed.W