COP26
  • Save

Environnement 5 novembre 2021

Le résumé de la COP26 2021

La 26ème conférence des Nations Unies sur le climat dont l’objectif était de s’engager concrètement sur les émissions de gaz à effet de serre, a finalement laissé un sentiment de déception. Les questions mises à l’ordre du jour tournaient autour des pôles suivants : adaptation et résilience, nature, transition énergétique et enfin, des transports routiers plus propres.

Objectifs

L’UE s’est engagée d’ici 2030, à diminuer les émissions de GES d’au moins 55 % en créant un cadre juridique obligatoire. Ce qui reste problématique, c’est que le réchauffement climatique concerne la planète entière or certains pays refusent de s’impliquer dans un processus de réduction de la pollution. La Chine, un des pays qui émet le plus de GES était absente toute comme la Russie.

L’Union Européenne s’est engagée dans le cadre de la COP26, à soutenir les pays en voie de développement dans le cadre de la lutte contre le changement climatique, notamment par une aide financière jusqu’en 2025 de l’ordre de 100 milliards de dollars chaque année.

La planète a ses limites physiques et si l’utilisation massive des carburants fossiles n’est pas réduite, nous sommes menacés par un réchauffement climatique dramatique.

L’Accord de Paris, 6 ans auparavant, conduirait à un réchauffement de l’ordre de 2.7 degrés. Il n’est donc plus applicable. Le G20 a déclaré à l’occasion de la conférence, sa volonté de limiter le réchauffement à 1.5 degré.

  • Save
Emmanuel Macron. © Andy Buchanan/Pool via REUTERS

De nouvelles restrictions concernant l’émission de CO2 par les voitures et les camionnettes, ont été adoptées par l’UE. Au niveau de la fabrication de poids lourds, les producteurs sont désormais soumis à des règlementations pour des véhicules moins polluants. Les transports maritimes n’ont pas été englobés par les différentes mesures concernant la décarbonation. On peut sûrement le regretter quand on sait qu’ils sont à l’origine d’une émission de GES importante.

En plus des émissions de CO2, le méthane est un gaz largement utilisé qui est encore plus nocif que le dioxyde de carbone (20 à 80 fois plus dangereux). Plus de 100 pays ont pris l’engagement de diminuer de 30 % les émissions de ce gaz.

Concernant la préservation des zones forestières, une déclaration commune a été signée, entre autres par le Canada, le Brésil et la RDC.

L’impact du mode de vie

Tous les pays ne sont pas égaux devant la pollution. Celle-ci est étroitement liée au mode de vie. C’est ce qu’ont souligné différents experts. Un pour cent des plus riches sera responsable en 2030 d’une empreinte carbone 30 fois trop élevée. Les pays les moins développés restent en-deçà des seuils dangereux de pollution.

Il est donc crucial que les états imposent des mesures clairement focalisées. D’une part, certains types de consommation comme les voyages dans l’espace, les yachts de luxe…devraient être visés. Il faut également cibler géographiquement les pratiques nuisibles à l’environnement. On considère que la Chine sera responsable en 2030, de presque un quart de l’émission de CO2 suivie par les Etats-Unis et l’Inde.

  • Save
Joe Biden, président des États-Unis à la COP26. © Erin Schaff/Pool via REUTERS

Croissance verte ou décroissance

Certains experts parlent de décroissance comme moyen de sauver la planète. Cette solution a été rejetée par les gouvernements. Elle serait notamment à l’origine d’une diminution du PIB et d’une augmentation massive du chômage. Or, le premier est étroitement lié à la consommation d’énergie fossile.

La seconde alternative, celle de la croissance verte est retenue par certains pays industrialisés. Les principes sont synthétiquement, une bonne gestion des ressources naturelles, une réduction des émissions de GES et un respect de la biodiversité. Toutefois, adopter une croissance verte nécessite des investissements massifs qui naturellement, ont un coût important. L’exemple de la Suède montre une croissance économique qui va de paire avec une réduction des émissions de CO2.

La question est que cette transition indispensable est mal acceptée par certains états en raison du coût financier (et électoral) considérable.

COP26
  • Save
Share via
Copy link
Powered by Social Snap