Nuatan le nouveau plastique composé d'amidon de maïs // craftingplastics.com

Lifestyle 2 août 2019

Le Nuatan : Kesako ?

Serait-ce le plastique du futur ?

À l’heure où les océans étouffent sous des tonnes de déchets plastiques, l’urgence de la situation pousse des amoureux de la nature à redoubler d’imagination pour y pallier. 

Une initiative pleine d’avenir

Les principales associations pour la préservation de l’environnement estiment que plus de 80% du plastique dans le monde ne sera jamais recyclé, et terminera sa course en pleine nature, avec les risques écologiques et sanitaires que cela comprend. Face à cette situation, la startup Crafting plastics studio a mis au point un tout nouveau type de plastique naturel, en collaboration avec l’université technique de Bratislava. 

Ce nouveau matériau est composé d’amidon de maïs. La promesse est ainsi triplée : les représentants de cette innovation assurent que celle-ci est totalement biodégradable et biocompatible, en plus de provenir à 100% de sources renouvelables. Ceci signifie, entre autres, que le Nuatan pourrait se décomposer dans l’estomac des poissons en ayant avalé par inadvertance, sans que ceci ait le moindre impact sur leur santé.

Nuatan le plastique composé d’amidon de maïs // craftingplastics.com

Les utilisations de cette nouvelle famille de plastique seraient ainsi multiples : sacs d’épicerie, bouteilles, pailles, cotons-tige, etc. Le matériau de base possède la capacité d’être malléable au besoin, et d’ainsi être modelé selon la forme souhaitée par des imprimantes 3D ainsi que par soufflage ou moulage par injection. Les possibilités semblent ainsi vastes, et l’avenir de l’entreprise pleine de promesses. 

Seule ombre au tableau : le prix de production. En effet, les industriels, bien conscients de la crise environnementale, continuent d’avoir recours à du plastique dit « classique », et ce, pour une raison bien précise : son bas prix. Difficile alors de faire entendre raison, et de motiver les grands industriels à investir dans l’achat en gros de Nuatan. Il faudra alors s’armer de patience et de diplomatie, pour espérer voir changer les mentalités.

Ed.W