photo-felix-murene
  • Save

Dossier 28 avril 2022

[INTERVIEW] Félix Ancey, un photographe amoureux des profondeurs

La plupart des photographes ne pratiquent qu’une seule activité. Félix, lui, passe la majeure partie de son temps à photographier la faune marine, mais il partage aussi son savoir et ses connaissances sur les espèces marines en tant que guide sur un bateau de croisière aux Maldives.

Rencontre avec ce jeune photographe passionné.

Peux-tu nous raconter tes débuts dans la photo, quand et comment as-tu été attiré par la photographie sous-marine ?

Tout a commencé lors de mon voyage post-étude, lorsque je me suis envolé pour l’Australie. Je n’étais pas passionné de photo à ce jour, mais j’avais envie d’immortaliser ce si beau pays pour en garder des souvenirs et partager ce voyage avec ma famille et mes amis. C’est là que tout à commencé.

Pour la photo sous-marine, j’ai toujours eu avec moi une petite caméra Intova pour capturer quelques scènes, mais c’est vraiment quand j’ai commencé à travailler à Bali en 2014 que je m’y suis plus sérieusement intéressé et où ma passion est née. Venant de la montagne, cet univers était tellement à l’opposé de mon quotidien que je voulais faire découvrir ce nouveau milieu à mes proches.

  • Save

Quelle est la photo dont tu es le plus fier ? Peux-tu nous raconter ce moment que tu as capturé ?

La photo qui me rend le plus fier ? La prochaine !
Perfectionniste, je suis toujours à la recherche du mieux, trop peut-être ?

Sinon, je dirais que c’est un surprenant face à face capturé sur le vif en Egypte avec une femelle requin océanique (Carcharhinus longimanus) sur le récif de Elphinestone. Nous étions au plateau sud, quand soudain apparu une silhouette dans le bleu, c’était elle, une femelle longimane ! L’une des rencontres les plus convoitées et magiques de la mer Rouge. Je me suis alors détaché un peu du groupe (connaissant les interactions avec cette espèce lors de mes quelques années à sillonner les eaux égyptiennes) pour avoir la chance de la voir se rapprocher au fil des minutes d’observations.

Puis, est arrivé le moment, le face à face… J’ai retenu ma respiration un instant, pour être plus discret et ne pas interrompre l’instant, jusqu’au moment où j’ai appuyé sur le déclencheur. Une fois revenu à bord du bateau, je regarde les clichés capturés, sélectionne mes favoris, joue avec quelques curseurs de mon logiciel de développement et voilà le résultat. Un léger « flair » dû à la lumière, de belles couleurs et l’oeil net.

  • Save
© Félix Ancey

Apprends-tu encore des choses sur l’océan à chaque fois que tu plonges ?

Bien sûr ! Nous en savons de plus en plus sur ce qui se passe autour de nous en général, mais il y a encore beaucoup de mystères à élucider, surtout sous la surface. Alors quand je bascule vers les profondeurs, j’observe pour décrypter ce monde si fascinant, pour comprendre un peu plus comment la vie marine évolue dans le monde du silence. C’est à cet instant qu’on découvre les interactions entre différents individus d’une même espèce ou alors avec d’autres familles ou genres.

Chaque plongée est unique, comme chaque photo d’ailleurs ! Tu pourrais plonger 100 fois sur le même site, ce sera toujours différent. Il y a de nombreux facteurs qui la rendront unique : la direction et l’intensité du courant, le moment de la journée, les saisons, les phases lunaires…

  • Save

Que fais-tu en dehors de la photographie ? As-tu d’autres passions?

La majeure partie de mon temps, je suis directeur de croisière de plongée sous-marine sur un bateau aux Maldives, je guide les gens à la rencontre du monde marin peuplé de raies mantas, raies aigles, requins de récif ou même baleines pour ne pas tous les citer. La vie sur un navire limite donc les autres activités… Mais pendant les intersaisons, je voyage en sac à dos dans des pays que je ne connais pas à la rencontre de paysages et des gens du monde. Autrement, je passe du temps dans la nature chez moi à Chamonix à faire de la randonnée et à camper.

Y-a-t-il des destinations qui te font rêver pour shooter ?

Tellement de destinations me font rêver… Il serait difficile de choisir. Mais j’imagine que plonger en Antarctique (comme l’a fait l’incroyable Greg Lecoeur) ou se perdre dans une spirale sans fin de requins marteaux aux Galapagos dépasse l’imaginaire. J’aimerais côtoyer de supers prédateurs comme : les orques, les crocodiles ou des géants tels que les baleines et les cachalots.

Ma prochaine destination de plongée loisirs (sans travailler) sera Socorro en mai 2023 avec des amis. J’ai hâte d’y voir les mantas océaniques noires !

  • Save
© Félix Ancey

Quels conseils donnerais-tu pour préserver les océans?

Il est primordial d’agir au plus vite, trop d’espèces sont déjà menacées, en voie de disparition ou disparues… Je pense que l’on peut déjà en faire à notre échelle au quotidien, en consommant des produits de la mer de façon plus responsable, en enseignant aux nouvelles générations, dès le plus jeune âge, qu’il faut faire attention à leurs déchets, spécialement dans les pays en développement où certains gestes ne sont encore pas des automatismes aujourd’hui malheureusement.

Et de façon plus générale, agir au niveau de la pêche. On ne peut plus racler le fond des océans comme nous le faisons actuellement et trouver encore des espèces menacées comme le requin renard sur les étales de grandes surfaces issus des prises accidentelles. Il faut utiliser d’avantage de fonds pour protéger et nettoyer les océans plutôt que d’envoyer des objets à des années lumières… Nous devons préserver cette planète, non pas en trouver une autre.

On ne peut plus racler le fond des océans comme nous le faisons actuellement et trouver encore des espèces menacées comme le requin renard sur les étales de grandes surfaces issus des prises accidentelles. Il faut utiliser d’avantage de fonds pour protéger et nettoyer les océans plutôt que d’envoyer des objets à des années lumières… Nous devons préserver cette planète, non pas en trouver une autre.

  • Save
© Félix Ancey

Pour toi, c’est quoi l’océan ?

L’océan c’est la vie, notre futur, notre réserve d’oxygène… C’est mon échappatoire, le temps s’arrête.

Parfois, j’aimerais y rester pour l’éternité. Quand on voit ce qu’il se passe dans l’actualité, ce monde devient fou. La sensation de se déplacer en 3 dimensions et de voler, c’est tellement magique ! C’est aussi tellement mystérieux. On connait mieux la face cachée de la lune que les profondeurs abyssales de nos océans. Il y a tellement d’espèces fascinantes qui le peuple de couleurs et de formes que c’est presque surnaturel.

  • Save

>> Retrouvez Félix Ancey sur son compte Instagram @photogriff1

photo-felix-murene
  • Save
Share via
Copy link
Powered by Social Snap