Via lemonde.fr

À la une 21 juin 2019

Attaque en mer d’Oman, deux pétroliers criblés de tirs

Ce jeudi 13 juin 2019, en plein Golfe persique, un pétrolier norvégien Front Altair et un méthanier japonais Kokuka courageous ont été la cible de violents tirs d’obus.
Même si aucun blessé n’a été signalé sur les navires, les membres de l’équipage ont dû abandonner le pétrolier en utilisant un canot de sauvetage. « C’est devenu trop dangereux de rester sur le pétrolier » explique le président du Kokuka Courageous.

 

 

Une crise diplomatique

La région du Golfe Persique est une zone stratégique : c’est par là que transite un cinquième de la production mondiale de pétrole.
Coïncidence troublante, l’attaque a lieu en période de tension extrême entre l’Iran et les États-Unis au bord de la rupture. En effet, depuis mai 2018, les États-Unis soumettent l’Iran à des sanctions d’une violence sans précédent après que le pays ait décidé son retrait de l’accord international sur le nucléaire iranien.

Il y a quelques jours l’armée américaine a avancé des preuves de l’implication éventuelle de l’Iran. Selon les États-Unis, les mines-ventouses utilisées pour l’attaque sont de fabrication iranienne : »La mine-ventouse est reconnaissable et ressemble en tous points aux mines iraniennes visibles dans des défilés militaires iraniens », a affirmé le commandant Kido

L’iran réfute l’accusation

Face à l’accusation américaine, le général Hatami, de l’agence officielle Irna, dément : « Les accusations formulées contre les forces armées iraniennes et le film publié en rapport avec l’incident (…) sont sans substance, et nous rejetons catégoriquement ces accusations.  »

L’enquête toujours en cours devrait continuer d’attiser les tensions du conflit.

Ed.W
#