Journée Mondiale de l'Océan, 8 Juin 2020 // Photo via unsplash

Environnement 8 juin 2020

8 Juin 2020 : Journée Mondiale de l’Océan


L’histoire de la Journée mondiale des Océans

L’idée d’une Journée mondiale des océans est née en 1992, à l’issue du Sommet de la Terre tenu à Rio de Janeiro. L’objectif premier étant de sensibiliser le grand public au rôle des océans dans l’équilibre de notre écosystème ainsi qu’aux moyens que nous avons à notre portée pour les protéger.

La première journée mondiale consacrée aux océans n’a vu le jour qu’en 2009. Depuis 11 ans, les participants peuvent recevoir un « Passeport de l’Océan », signe de leur engagement à respecter un ensemble de bonnes actions en faveur de la protection de l’océan. Partout dans le monde, des animations sont mises en place. Les organismes œuvrant au quotidien pour la préservation des mers bénéficient de cette journée pour étendre leur voix auprès du grand public, et en particulier du jeune public. Les aquariums, associations et institutions organisent des animations ludiques pour apprendre à mieux connaître le milieu marin, pour mieux le comprendre et ainsi assurer sa préservation dans les gestes du quotidien.


Pourquoi célébrer la Journée mondiale des océans ?

Même si nous ne sommes pas en contact avec eux au quotidien, les océans assurent un équilibre dans notre écosystème. Participer à la Journée mondiale des océans, c’est avant tout se rappeler l’importance des océans et des mers sur notre planète bleue. C’est aussi s’unir autour d’un projet de gestion durable des océans, pour la biosphère. Mais c’est surtout une belle occasion de célébrer ensemble la richesse et la diversité des océans partout sur Terre.


2020, un contexte particulier ?

Cette année 2020 est marquée par la crise sanitaire du Covid-19. L’activité humaine a ralenti considérablement ce qui a un impact positif sur notre planète (encore) bleue. En effet, nous apprenions la semaine dernière que le Jour du Dépassement reculait de 3 semaines suite au confinement.

Les français sortent de plusieurs semaines de confinement et l’attrait pour le littoral et ses plages est incontestable. Cependant, le gouvernement souhaite se faire entendre et propose un projet de loi pour sanctionner l’abandon des déchets sur la voix publique.

« Tout déchet par terre finit souvent dans l’océan […] « Cela commence par des trottoirs propres »

Brune Poirson, secrétaire d’État à la Transition écologique


Une amende de 135€ pour éviter que nos déchets finissent en mer

Le projet de décret prévoit d’augmenter l’amende de 68 à 135 euros pour déposer, abandonner, jeter ou déverser, sur la voix publique des déchets, masques ou mégots y compris

Le ministère a déclaré que l’amende pourrait monter à 375 euros, voire 750 euros si la police établissait un procès-verbal et le transmettait au tribunal.