Les Bretons de Lost in the swell ont surfé la vague du Pays-Basque espagnol en pleine nuit / Photo Lost in the swell

Glisse 20 décembre 2018

Les Bretons surfent Mundaka à la nouvelle frontale

Les Bretons de Lost in the swell ont encore sévi. Ils ont surfé la vague basque espagnole de Mundaka en pleine nuit. Leur secret: la nouvelle lampe frontale étanche et puissante.

Ewen Le Goff, l’un des trois fondateurs de Lost in the swell, retrace cette épopée nocturne. Il y a dix ans, à Brest, trois copains d’enfance, dont deux surfeurs, fondaient Lost in the swell. Leur but: surfer, en quête de vagues et de rencontres.

Pour leur dernière vidéo, ils testent la nouvelle lampe de Black Swan Surfing.

Deux fois les phares d’une voiture

Les Bretons sont partis de leur frustration de ne pouvoir surfer que la nuit. « Un ami, Sébastien, de Black Swan Surfing, développe une lampe frontale depuis deux ans, narre Ewen Le Goff. Il s’est entouré de spécialistes de l’optique et de batterie. Leur produit est abouti. Il a une puissance de deux fois les phares d’une voiture.  En gros, c’est la plus grosse frontale étanche au monde! Elle a une autonomie d’une heure et demi avec différents réglages selon la luminosité souhaitée. » Cependant, elle reste peu efficace par forte pluie ou brouillard. L’innovation de cet équipement repose sur l’aspect personnel du système, à l’inverse de projecteurs posés sur la berge.

Mundaka, à deux, en pleine nuit

Les surfeurs téméraires ont choisi le point break de Mundaka car les vagues y déroulent le long d’une pointe. Ainsi, elles sont longues, ce qui laisse le temps au surfeur de la voir arriver. Auparavant, ils avaient réalisé des tests en Bretagne à la Pointe de la Torche, sur la presqu’île de Crozon ou au Pays-Basque français.

« Une fois qu’on a pris la vague, c’est comme en plein jour, témoigne Ewen Le Goff. Ce système ouvre d’autres créneaux pour aller surfer. Regarde, en journée, il y a 130 personnes dans l’eau à Mundaka… le soir on n’était plus que deux! »

Ce système n’engendrera-t-il pas, paradoxalement, un risque d’augmenter la fréquentation des vagues à toute heure du jour et de la nuit? Alors que l’esprit du surf se fonde sur le rapport intense, souvent solitaire, avec la nature, un tel outil ne créera-t-il pas un appel d’air? « Au contraire, affirme Ewen Le Goff, il est dans la lignée de l’esprit du surf car on va pouvoir surfer les vagues tout seul, au moins dans un premier temps. »

Cette lampe pourra aussi être utilisée dans différents sports comme le kayak, le SUP ou le VTT.

Gaëlle Richard